Pour les filles ! Encore que, les gars, ça peut vous amuser...

Je suis partie sans mon super épilateur électrique, en me disant qu'au pays du soleil et de la plage, on devait bien savoir épiler.

Bingo ! A paraty, pour ma première expérience, je vois écrit à côté de notre pousada « salao de beleza, depilaçao, etc... » Inutile de traduire je présume.

Je me pointe donc dans ledit salon pour prendre rendez vous. C'est un salon de coiffure classique, et la matrone qui le tient, est en train de se faire faire un shampoing colorant. Elle me demande de repasser d'ici 30mn. Chose faite. C'est elle qui m'accueille ensuite, les cheveux recouvert par un film plastique ( ben , ya sa couleur dessous qui prend !) et m'emmène dans la mezzanine au dessus : une table de massage et une tablette pour la cire chaude, et voilà ! 15 mn après, jambes et aisselles sont faites, rien à redire, pour 15 réals (environ 6€).

La seconde fois, je suis perdue dans la vallée de Capao, et mis à part deux coiffeurs, personne n'a eu la bonne idée de monter un « salao de beleza ». Je vais donc à Palmeiras, à moins d'une heure de route, profitant avec xav et Loulou de faire des courses et passer à la banque. Je demande plusieurs fois à des caissières de supermarché, où l'on peut trouver une personne qui épile. Cela les fait bien rire ! Mais, comme d'hab au brésil, les indications sont floues. On finit par tomber dans la bonne rue, une enfilade de maison colorée sans rien d'indiqué sur les façades pour les distinguer. Une femme finit par m'indiquer une porte, comme les autres, que je pousse, et j'arrive dans la première pièce d'une maison qui sert apparemment de salon de coiffure ! Enfin... Il y a trois chaises plastiques pour attendre, un grand miroir sur un mur avec un fauteuil en face pour les coupes, et un fauteuil aménagé pour laver les cheveux. Et le couloir qui mène dans le reste de la maison, où les autres membres de la famille vont et viennent. La patronne, très souriante, me confirme que je suis au bon endroit, me demande de m'asseoir et appelle sa fille. Celle ci revient 10 mn plus tard, une casserole fumante dans les mains trempant dans un bain marie. Gloups ! C'est ma mixture ! Je vois des trucs tremper dedans : ce sont des pépins de citrons. Je me rappelle bien avoir lu quelque part que dans les recettes de cire ou caramel pour épiler, c'est pas mal de rajouter du jus de citron... Oui mais sans les pépins !

A ma grande surprise, la fille s'installe en face de moi (elle doit avoir 16 ans environ), sur une chaise, là, au milieu de cette pièce minuscule qui sert de salon de coiffure. Xav et Louou sont derrière moi, devant une femme se fait coiffer par la patronne. Ma foi ! Oublions tout nos conditionnement d'occidentale bourgeoise ! Elle me demande de poser mon pied sur sa cuisse, attrape des vraies bandes de coton blanc découpées à la main, et commence à me tartiner généreusement de sa mixture qui sent vraiment très bon. Mais beaucoup trop chaude ! Aïe ! Rien à dire, elle est efficace, mais je ne vois vraiment pas comment elle va pouvoir me faire les aisselles ! J'essaie de me défiler en disant que c'est trop chaud, alors elle va refroidir la cire dans sa cuisine... La patronne m'installe dans le fauteuil face au miroir, me demande de lever mon bras (!) et zap ! C'est parti pour l'aisselle droite. Xav est au bord du fou rire, moi j'essaie de rester sérieuse. Bon, après tout, y'a rien à cacher. Evidemment, je n'imagine même pas m'occuper du maillot...

La troisième séance a lieu à Lençois, petite bourgade touristique de la Chapada diamantina. Je ne trouve qu'un salon, en haut d'un misérable escalier tordu, encombré du stock de marchandise du mercadinho voisin. Une porte donne sur une pièce minuscule ou s'encombre chaise, table...de quoi coiffer et épiler. La patronne a une sale tête, et, si j'avais écoutée mon intuiton, je serai repartie illico. Elle passe son temps à me questionner, pour savoir combien de temps je reste en ville, si mon mari m'accompagne, si les séance d'épil sont chères en France, etc... bref , ça pue. Je comprends à la fin : elle me demande 50 réals ! (20€) soit 3 fois le prix habituel. Elle m'a bien vu arriver... Et son travail n'était pas bon hélas...

Bon, rien à dire sur la quatrième séance à Jéricoacoara. Enfin un vrai salon de beauté avec pièce dédiée à cet effet à l'écart, une personne compétente et discrète.. Ah si, quand même! Quand j'arrive , je frappe à la porte, lui demande si je peux être épilée et elle me dit de m'inscrire sur le tableau noir de l'entrée, dans la case horaire que je veux. Bon, OK, je m'inscris à 11h. Et oh, surprise, il est 11 h ! La personne est décontenancée (il ne faut jamais bousculer un brésilien, c'est très mauvais pour sa santé...) et me fait donc poireauter 15 bonnes minutes, le temps de préparer la salle.

Rien d'extraordinaire ici...

 

Et nous voilà à Morro Branco. La plage en face, les poils repoussent (pfff...), et en vue un joli cabanon bleu à toit de palmes qui propose manucure et épilation (j'ai oublié de vous dire que les brésiliennes sont fan de manucure et pédicure ! Même dans le plus petit bled du fin fond de la brousse du sertao. Juré)Le problème, c'est que depuis 5 jours qu'on est là, il n'est jamais ouvert ! Bon, au pire, j'ai un vieux rasoir bic qui traîne au fond de ma trousse... Aventurière ou non, faut quand même tout prévoir !!