Mardi 17 Novembre, grand départ pour Ilha Grande ! Il s’agit d’une Ile au large de la costa verde, entre Rio et Sao Paulo. Elle est réputée pour sa nature verdoyante, ses fonds, ses cascades… On espère y trouver plus de fraicheur, de grand air, d’intimité… 

Un transport est organisé par notre hôtel, alors on ne se pose pas de questions : on file !  Heureux de quitter la grande cité bouillonnante de Rio , aux rues encombrées de voitures et piétons… Le chauffeur de Taxi est d’humeur joyeuse, on arrive à  se comprendre ! On a fait quelques progrès en brésiliens depuis trois jours, un joyeux mélange d’espagnol à la sauce portugaise !.. Passé Mangaratiba, la côte est vraiment belle et sauvage, à flanc de montagne verdoyante mangée par la jungle. Au large, on devine les silhouettes des Iles, dans la brume du mauvais temps. Il pleut quelques gouttes. Hélas, on embarque dans un petit bateau avec une dizaine d’autres personnes de plusieurs nationalités, le toit chargé de nos bagages, sur une mer bien agitée. Au bout de 5 minutes, Loulou dort sur les genoux de son père, et Lui et moi sommes blancs comme la lune. J’ai cru que mon estomac allait se vider plus d’une fois… mais il est pas si mal ancré finalement !
Enfin le port de l’unique village de l’ile ! On accoste loin du ponton principal, et c’est une sinécure que de trainer nos lourds bagages jusqu’à la rue principale, en terre battue. Ici, pas de voitures, seulement des bateaux de toute sorte dans le port, des vélos (un peu, ça monte très vite !) des charriots pour les locaux. L’ambiance de fin d’après midi nous plait. Des touristes flânent sur la plage et dans les boutiques, des enfants jouent pieds nus au foot dans la rue ou dévalent en criant les ruelles en pente accrochées à la montagne. Les femmes parlent sur le pas des portes, les hommes sont pêcheurs, chauffeurs de bateau, commerçants, artisans…
On emprunte une ruelle bétonnée qui grimpe sec, pour trouver un logement. On arrive dégoulinant de sueur à Holandès Hostel qui nous propose un chalet pour trois nuits seulement (ensuite, c’est un we de fête, tout est complet sur l’ile, sauf les campings !) à 30 € la nuit. On va être obligé de coucher sous tente vendredi et samedi ! Et l’ambiance va être chaude ! La population va bien tripler, au vu du nombre d’hôtels et pousadas.
Les alentours des chalets sont magnifiques : les plantes vertes tropicales (celles qu’on a en pot à la maison !) sont resplendissantes et géantes; des orchidées s’accrochent aux arbres, des papillons géants passent parfois, on entend des chants d’oiseaux inconnus… et la musique de la réception!
Contents d’être là !

 

Coucou Tous !



Nous sommes depuis quelques jours sur l’Ilha Grande Elle, Lui et Moi, et je me demande si nous ne sommes pas aux portes du paradis. Le climat est très agréable bien qu’un peu chaud, il y a peu de moustiques. Les gens sont très sympas, ils sont très attentionnés avec moi et ils n’arrêtent pas de me prendre en photo (je vais finir par les faire payer en gâteaux !). La végétation est luxuriante, je découvre plein de nouvelles fleurs, je barbotte dans la petite mare aux gros poissons (carpe japonaise ndlr), Je regarde les petits écureuils s’ébattre dans la nature, sauter de branches en palmiers…


J’ai trouvé un petit copain tout blond comme moi, mais un peu plus vieux, on joue ensemble aux voitures et au ballon, il est très gentil, mais des fois on se bagarre un peu pour savoir qui aura le ballon… Il s’appelle Killian, c’est un allemand et quand il parle je comprend pas bien, mais c’est pas très difficile de se comprendre quand on veut jouer ensemble. Il est en voyage seul avec sa maman pour très longtemps, je me sens moins seul :D.

On habite maintenant en tente, pour 2 nuits car des gens nous ont pris notre chalet (c'est un  WE de vacance, tout était réservé depuis longtemps ndlr), c’est marrant, on est au milieu de la nature. Je peux sauter de mon lit a celui de papa et maman facilement c’est très marrant, surtout le matin! Demain, on déménage encore, nous avons trouvé une petite maison a louer c’est moins cher, on sera plus près du centre (ca fera moins à grimper ce qui économisera un peu mon papa).

On va souvent a la mer, c’est suuuupeeeerrrrr, elle est chaude (ou presque ndlr) je cours pour plonger dedans, mais papa et maman aiment pas trop, ils me courent après et m’emmènent dans leurs bras, ils veulent pas que je nage tout seul.. Hier on a pris un bateau pour aller a une plage plus grande, c’était un peu long, mais y’avait plein de gens marrants dans le bateau, c’était très marrant.

Je vous laisse, on va aller manger.
Plein de bisous a tous!
(tous particuliers pour mes papis, mamies,  et tantes (de sang et de cœur, et bien sur ma valou d’amour) que je regarde sur le petit album photo que maman m’a fait.

Loulou.

 

 

Nous avons quitté notre premier lieu de résidence en bordure de jungle et sur la colline, pour une maisonnette plus près du centre, qui nous met au cœur de la vie des résidents de cette petite ville. Plus de côte à grimper au moins trois fois par jour (avec Loulou sous le bras !).
Nous apprenons à connaitre nos voisins et à les comprendre aussi ! Les maisons sont groupées autour d’une minuscule ruelle en L qui donne sur la rue passante. Pas beaucoup d’intimité dans le voisinage !
Loulou a trouvé une nouvelle copine, Gabriella, une toute petite pitchounette brunette d’un an et demi aux yeux coquins. Elle lui pique un peu ses jouets, mais pour une fois il ne râle pas trop et fait son malin avec elle !
Les matins résonnent avec le bruit des portes et des allées et venues assez discrètes des uns et des autres. Un vélo qui klaxonne, une scie sauteuse qui se met en route, une charrette qui passe poussée par des bras d’homme, un balai qui gratte la poussière sur le béton… c’est à peu près tout !
Un des voisins repeint son bateau sur la plage, qu’il compte remettre à flot dans deux jours, un autre part à la chasse sous marine et revient de bonne heure avec de magnifiques prises, un autre fait du béton à même le sol sous les yeux attentifs de mes deux hommes, pour refaire son mur…
Nous sommes aussi partis à pied à la découverte d’autres plages, profitant d’un temps nuageux donc plus propice à la marche. L’ile dégouline de sources qui deviennent des petits torrents se jetant dans la mer pour tenter de l’adoucir. Loulou adore passer de l’une à l’autre, l’eau de source étant néanmoins plus fraiche ! Il faut le surveiller de très près car il n’a aucune peur et se jette à l’eau comme s’il était poussé par cent diablotins au derrière !
Les soirées sont paisibles, autour d’une terrasse avec d’autres voyageurs de grands chemins, en sirotant la bière locale ou la fameuse caipirinha (comme un ti punch). Bien, les chemins sont droits et larges pour rentrer!

 

Après plusieurs jours sur l’Ilha Grande, et comme Loulou vous le disait, je crois que nous sommes dans un vrai coin de paradis….

Le climat est agréable, les gens même si on ne se comprends pas toujours très bien sont très sympas, et essaient (enfin, presque tous) de nous comprendre et de se faire comprendre (si on exclue ceux qui donnent l’impression de faire exprès de ne pas nous comprendre et qui s’assurent qu’on ne puisse pas les comprendre).
Nos voisins sont très présents (comprenez envahissants mais également très serviables) ce qui est finalement très confortable, cela nous permet de laisser loulou jouer dehors sans trop nous poser de questions, il y a toujours quelqu’un pour avoir un œil sur lui.
Je me fais bien a cette vie de village ilien brésilien, même si la vie est un peu chère, on arrive a manger a peu de frais, et la maison que nous avons trouvé (mais pour laquelle nous n’avons pas négocié) est louée a un prix abordable. Les journées sont harassantes, lever de bonne heure avec loulou, puis petit dej, ensuite un petit tour en ville (on a toujours quelque chose a faire), repas a la maison, puis sieste de loulou (si elle n’a pas été faite pendant l’heure du repas) et ensuite, petit tour àla plage, au retour une petite douche pour rincer tout ce sable qui colle, puis petit tour en ville pour croquer un morceau; rien de bien fantastique… juste des vacances! ©
Hormis une petite journée passée sur les toilettes, tout se passe bien pour moi! (les conditions sanitaires étant ce qu’elles sont, rien de bien étonnant :D)

J’espère que tout va bien pour vous en France, on pense a vous (pas trop souvent, mais quand même un peu :P !)

A tous ceux qui hésitent encore à partir… Arrêtez d’arrêtez d’hésiter, lâchez vous..!!

Bisous.

Lui.