Nous avons quitté notre premier lieu de résidence en bordure de jungle et sur la colline, pour une maisonnette plus près du centre, qui nous met au cœur de la vie des résidents de cette petite ville. Plus de côte à grimper au moins trois fois par jour (avec Loulou sous le bras !).
Nous apprenons à connaitre nos voisins et à les comprendre aussi ! Les maisons sont groupées autour d’une minuscule ruelle en L qui donne sur la rue passante. Pas beaucoup d’intimité dans le voisinage !
Loulou a trouvé une nouvelle copine, Gabriella, une toute petite pitchounette brunette d’un an et demi aux yeux coquins. Elle lui pique un peu ses jouets, mais pour une fois il ne râle pas trop et fait son malin avec elle !
Les matins résonnent avec le bruit des portes et des allées et venues assez discrètes des uns et des autres. Un vélo qui klaxonne, une scie sauteuse qui se met en route, une charrette qui passe poussée par des bras d’homme, un balai qui gratte la poussière sur le béton… c’est à peu près tout !
Un des voisins repeint son bateau sur la plage, qu’il compte remettre à flot dans deux jours, un autre part à la chasse sous marine et revient de bonne heure avec de magnifiques prises, un autre fait du béton à même le sol sous les yeux attentifs de mes deux hommes, pour refaire son mur…
Nous sommes aussi partis à pied à la découverte d’autres plages, profitant d’un temps nuageux donc plus propice à la marche. L’ile dégouline de sources qui deviennent des petits torrents se jetant dans la mer pour tenter de l’adoucir. Loulou adore passer de l’une à l’autre, l’eau de source étant néanmoins plus fraiche ! Il faut le surveiller de très près car il n’a aucune peur et se jette à l’eau comme s’il était poussé par cent diablotins au derrière !
Les soirées sont paisibles, autour d’une terrasse avec d’autres voyageurs de grands chemins, en sirotant la bière locale ou la fameuse caipirinha (comme un ti punch). Bien, les chemins sont droits et larges pour rentrer!