Grand jour du départ : nous quittons la plus grande et charmante île brésilienne pour le continent, direction Paraty via Angra dos reis, en empruntant un catamaran à moteur puis un bus local.

Xavier fait toujours sensation avec son carrix, aussi bien sur les chemins de terre de l’île que les trottoirs goudronnés des villes!
Loulou s’endort sur moi sitôt que le bus démarre ventre à terre dans les nombreux virages qui nous séparent de notre destination : le chauffeur a le pied lourd ! La Costa Verde est toujours aussi belle, malgré le ciel nuageux et la petite pluie printanière, mais des constructions hétéroclites la défigurent un peu.
Deux heures plus tard, nous voici à la gare routière de Paraty, ancienne cité coloniale du 18 ème siècle, escale maritime et terrestre sur la route de l’or, de la soie, des épices…La chaussée est toujours pavée (dommage, nous n’utiliserons pas la poussette ici !!) de ces grosses pierres inégales et glissantes qui rendent la marche difficile dans le vieux centre. Le temps semble s’être figé dans ces rues aux murs blancs et aux  portes colorées, et par cette fin d’après midi de dimanche très calme (enfin, sans compter les fusées-pétards qui ponctuent comme d’habitude les buts d’un match de foot national !) on s’attendrait presque à voir débouler une calèche !
Loulou est fatigué (et nous aussi de le porter !) et nous abrégeons notre visite pour rejoindre notre pousada « sonho meu « (mon rêve). On nous a indiqué des jolis coins natures (entendre plages et cascades bien sûr !) à voir dans les environs, en empruntant les bus locaux : Trindade, Corisco, Penha, Mirim… Nous vous raconterons tout ça un peu plus tard !
Até Vista !

 

Il y a quelques jours, je demande de l''aide à mes guides, un clin d''oeil, afin d''avoir une piste chamanique intéressante ici au Brésil, à découvrir : Il se trouve que je n''ai pas eu de réponses aux trois mails envoyés à Athamis (déçue tout de même, elle a répondu à une autre amie qui n''est même pas venue à Rio !) que j''aurais aimé rencontrer... Le lendemain matin, Elouann a de la fièvre, on ne peut donc sortir aller se baigner et tutti quanti. Nous faisons seulement une petite promenade l''après midi dans la vieille ville, et nous posons sur un banc d''une petite place; une jeune femme apparait avec un enfant du même âge et nous aborde : nous sympathisons, elle nous donnes des infos pratiques pour Loulou et nous invite chez elle le lendemain.

Les jours de pluie aidant, on se revoit, on fait la connaissance de son mari Guilhem, on discute de tout et de rien, et on en arrive à parler des groupes spirituels ici, Santo Daime et Umba Daime, qui utilisent les plantes sacrées. Ils se trouvent qu''ils ont des contacts, ont déjà fait des cérémonies, et nous mettent en relation...

Nous sommes aujourd''hui logé chez eux, en attendant des jours meilleurs (pluie et re pluie) et la confirmation que l''on peut être accueillis à Lumiar (montagnes de la Serrana au dessus de Rio) et/ou dans une vallée à la frontière du Minas Gerais dans une communauté Santo Daime...

Nous en saurons plus dans quelques jours....

 

 

On se réveille ce matin du 4 décembre sous une pluie battante ! Rien à voir avec les petites bruines rafraichissantes qui ont ponctuées nos visites de ces derniers jours : obligés de mettre un imper pour aller prendre le petit dej ! (on a une petite ruelle privative à traverser…)
Les rues ici débordent très vite, pas d’égouts … Loulou nous « oblige » à une sortie en poussette, il a bien choisi son jour… Lui est au sec sous sa protection, quant à Xavier et moi, on est bientôt très humides ! C’est amusant de voir les cyclistes tenir un parapluie, de patauger dans les flaques en tongs… enfin, un moment !
Après la sieste de l’après midi, nous irons rendre visite à Cassia, une jeune femme  rencontrée hier soir dans le centre, d’origine roumaine, maman d’un petit Théo du même âge que Loulou. Elle habite actuellement Paraty et est heureuse de pouvoir bavarder avec des routards. Elle parle, heureusement pour nous, très bien le français (et quelques cinq autres langues). Loulou pourra enfin retrouver des jeux avec un copain de son âge…
Nos excursions des derniers jours nous ont amenées nous baigner dans deux rivières de localités voisines, Penha et Curisco, empruntant ainsi le réseau des bus locaux (colitur). La nature est resplendissante aux alentours !  Nous avons aussi suivi un troupeau de drôles de vaches locales escortées de deux cavaliers : elles sont petites et maigres, parfois bossues, tachetées ou non, bref, race indéfinissable !
L’estrelha da Manha (étoile du matin), joli bateau en bois à deux niveaux, autrefois à voile j’imagine, nous a emporté pour une navigation dans la baie de Paraty durant 5 heures. Pauses dans des lagons ou plages perdues à gagner à la nage (ou petit bateau ! Loulou ne flotte pas encore tout seul…), aperçu de quelques îles qui émergent par dizaines le long du littoral… ça fait rêver !
Mais ça coute combien une île comme ça au fait ?
Aucune idée… mais une maison avec 3500 m2 de terrain, dans les environs, compter…30 000 € ! Sans commentaires…
Nous espérons gagner Trindade dès que le beau temps revient, une plage et village mythique des environs. Et pourquoi pas y séjourner, avant les vacances officielles d’été, il semble y avoir des maisonnettes à louer (après le 15, ça va être inabordable…).

 

Coucou,

Elle vous disait que nous allions partir, mais notre chemin n'était pas écrit comme ça..

Nous avons rencontré kasia et Guillerm, un couple de brésilo/polonaise très sympa qui parlent très bien français. Ils ont un petit bout qui s'appelle Théo qui a le même age que Loulou et qui lui fait un excellent compagnon de jeux.

Ils nous ont détourné de notre route en nous invitant a passer la nuit d''hier chez eux, nous sommes donc encore a Paraty...

Nous sommes hébergés dans une charmante maison du centre de Paraty, c'est vraiment agréable d'avoir une maison, beaucoup plus que d'être dans une "chambre d'hotel", et même que d'être dans une "maison de location", il y a un petit coté familial très agréable de voir Loulou et Théo jouer ensemble et se disputer les jouets de Théo (Loulou en a quand même peu... on ne pouvait pas se charger trop...).

Nous voilà donc arrêtés dans nos rêves de conquête du Brésil... Ou irons nous après, surement dans les montagnes au dessus de Rio, ou dans une vallée perdue a la limite de l'état de Rio et du minas geras ou le vent nous conduira...

Nous verrons ou le chemin nous conduit...

 

 

Plein de bisous a tous, prenez soin de vous..!!

 

(au passage, je sais pas si on aura internet demain, alors gros bisous Laet, et bon anniv ;) )

 

Oups, je ne vous ai pas parlé du temps... oO. Ben, vous ne le savez surement pas, comme nous ne le savions pas avant de rencontrer nos hôtes mais Paraty est la région la plus humide de l'état de Rio, nous sommes donc encore sous la pluie... Nous aimerions bien aller faire un tour a Trindade, pour voir cette plage mythique (enfin, pas jusqu'en France) mais cela semble être compromis...

 


C'était Lui en direct de Paraty, vous pouvez désormais éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale !

Lui.

 

Et voilà de mes nouvelles…

J’ai passé une semaine à la poussada de Sonho Meu de Paraty, où je n’ai pas croisé d’autres enfants (enfin, à part des grands, bien sympas d’ailleurs !) mais le proprio était vraiment chouette avec moi ! Il me promenait parfois aux alentours, me prenait dans ses bras, et faisait « vroum vroum » avec moi !
Quand même, on est allé avec Papa et maman se promener dans le petit quartier populaire voisin, un jour où la pluie se faisait un peu oublier… et là, j’ai tapé le ballon sur un terrain de foot du quartier, avec des enfants d’ici qui ont gentiment attendu que je sois lassé…
Puis on a rencontré Théo avec sa maman Kasia, un jour ou j’étais un peu fiévreux. On a tous les deux le même âge ! Je suis allé jouer et danser chez lui un après midi, puis à la plage gratter le sable un autre jour, et on a fini par habiter chez eux pendant quatre jours ! Je me suis bien amusé avec les jouets de Théo, il a un gros camion et un tracteur musical génial ! Parfois, on s’est un peu disputé, mais on s’est aussi fait de gros câlins ! Guilhem, son papa, m’a balancé très fort dans son hamac, c’était trop bien ! Et puis, j’ai bien mangé, comme à la maison : cuisine bio et végétarienne, un régal!
Enfin, on est reparti, on en avait marre de la pluie… On a pris un autobus puis un taxi pour Rio, et j’avais du mal à tenir en place ! Le lendemain, encore taxi, puis avion et bus pour Salvador ! J’ai fini par m’endormir dans le bus, il y avait trop d’embouteillages et c’était déjà tard…Le lendemain matin, j’étais réveillé trop tôt 5h30 ! (bon, ya une heure de moins ici qu’à Rio, mais Papa et Maman n’étaient pas très  contents !) J’avais hâte de repartir, j’ai aidé à ranger les affaires, à enfiler nos chaussures et « vroum vroum » à tout va !
Pas déçu, on a pris le bateau ! Pour l’île d’Itaparica, dans la baie juste en face de Salvador. Il parait que l’eau y est claire et tiède, les plages blanches bordées de cocotiers (mmm! J’adore!) On va essayer de trouver un appartement à louer…Ici, les enfants sont tous noirs de peau, j’ai vraiment pas la couleur locale ! C’est pas difficile de m’avoir à l’œil ! Même si je bronze encore un peu (et oui tata Alex !) je ne serai jamais comme ça !
Tout à l’heure, avant le repas, j’ai eu un gros chagrin : maman discutait dans le magasin de jouets d’une dame, je l’ai suivie et j’ai flashé sur les gros camions en plastique ! On est reparti sans, on n’a pas la place d’en emmener un…  snifff… première grosse déception.
Bon, je vais à la sieste… tout ça m’a bien fatigué !